Lauren DeStefano, Le Dernier Jardin (tome 1 : Ephémère)

Publié le par Grazyel

Ephemere--tome-1.pngJ’ai terminé ma lecture du Dernier Jardin (tome 1 : Ephémère) lundi de cette semaine. Mon verdict est absolument positif ! J’ai beaucoup aimé cette lecture et je suis agréablement surprise par la qualité du roman ! Bref, je vais m’expliquer tout de suite :

Résumé : Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ? Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L'humanité a cru voir son avenir assuré...jusqu'au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l'espèce.
Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l'amour sincère de son mari et la confiance qui s'instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n'a qu'une idée en tête : s'enfuir de cet endroit.

On débarque in medias res dans le roman : on assiste à la fin de l’enlèvement de Rhine et de ses futures sœurs épouses, si bien qu’on n’a pas le temps de comprendre ce qu’il se passe et qu’on se retrouve déjà plongé dans l’action. C’est direct, vif et sur le coup, surprenant.
Puis, au fur et à mesure, le récit se met en place, les choses se calment et on découvre une dystopie parfaitement maîtrisée par son auteur. On pourrait reprocher le fait de ne pas en savoir assez sur les causes de ce monde apocalyptique et assez violent mais en réalité, j’ai trouvé que c’était plutôt une bonne idée de nous faire simplement survoler cette question. On se retrouve pris au dépourvu et tout se dévoile peu à peu. On apprend à connaître les personnages et en réalité, ce roman est un immense tableau des vies de ses héros : le but du roman n’est pas tellement la dystopie, mais plutôt l’évolution des individus dans ce monde. On les accompagne et on suit leurs aventures. L’intrigue est la même du début à la fin : Rhine, l’héroïne, veut fuir le lieu où elle est enlevée. Ce n’est que ça, mais entre le commencement et le final du roman, beaucoup de choses changent, les regards sombres que l’on pouvait avoir sur certains personnages se font plus tendres, on se laisse prendre au jeu dans lequel est plongé Rhine et on doute avec elle du fait que la vraie solution soit la fuite. Finalement, comme l’explique sa sœur épouse Jenna, la maison où elles sont séquestrées n’est pas un si vilain endroit pour mourir. Dehors, c’est la mort, tout n’est que survie et misère, alors qu’elles, elles se retrouvent dans un Jardin d’Eden (en quelque sorte, d’où le titre du roman je suppose).
Quoiqu’il en soit, les choses ne sont belles qu’en apparence, car lorsqu’on se plonge vraiment dans l’histoire, c’est un tableau bien mensonger qu’on découvre. Et je pense que c’était cela, l’enjeu de ce roman, nous montrer un endroit utopique et désirable, où l’on ne manque jamais de rien, mais qui, en réalité, n’est qu’une prison dorée. Une vraie dystopie. C’est un piège moral en plus d’être un piège physique.
Quant aux personnages, je les ai tous appréciés. Rhine est spectaculaire, Linden est vraiment très intéressant et Gabriel m’a beaucoup plu. J’explique tout mon ressenti sur eux dans deux articles sur mon autre blog (je posterai les liens à la fin de mon billet).
J’ai aussi failli pleurer à un endroit stratégique du roman et la seule chose qui m’en a empêché, c’est d’être dans la hall de la fac entourée par plein d’étudiants, sinon, j’aurai versé des torrents de larmes…

Pour conclure, cette lecture est convaincante, très intéressante et elle mériterait qu’on se penche dessus avec plus sérieux. J’ai été extrêmement surprise par la plume de l’auteur, elle n’est pas exceptionnelle, mais elle est naturelle, vraie, et imiter le vrai, c’est ce qu’il y a de plus dur dans le monde de l’écriture. Donc je fais une ovation à Lauren DeStefano pour son roman. J’espère pouvoir me procurer la suite en aout et y retrouver toute cette puissance « littéraire » et des personnages toujours authentiques !

 

Lien vers mes deux articles que j'ai rédigé durant la lecture du roman : le premier est ici ; et le second là !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matilda 09/06/2012 12:20


J'ai terminé ma lecture hier et si j'ai été également aussi agréablement surprise par la plume de l'auteure, qui est vraiment très bonne parfois, et que j'ai beaucoup aimé Rhine, j'ai eu du mal
avec Gabriel que j'ai trouvé affreusement plat et pas du tout nécessaire à l'intrigue. J'ai aussi été ennuyé par les incohérences de fond et la fuite pas du tout logique... enfin bref merci de me
l'avoir prêté :D Je pourrais te le rendre en personne comme ça.

Jamestine 17/05/2012 10:17


Je veux le lire ! :D


Plus sérieusement, ton article me donne bien envie ^^


J'aime de plus en plus la dystopie personnellement !

Grazyel 17/05/2012 14:38



Faut trop que tu le lises 8D tu verras, il est vraiment bien ! Le rythme est assez lent, mais "littérairement" il est vraiment bien foutu ! *w* et c'est rare de nos jours, des livres qui ne
marchent pas uniquement sur le visuel, mais sur les mots !