Alfred de Musset, On ne badine pas avec l'amour

Publié le par Grazyel

large_9782011692955.jpgRésumé : Dans quel rêve, quel château, quel parc mélancolique sommes-nous ? Le jeune seigneur Perdican devrait y épouser sa cousine Camille, mais en un instant il décide d'aimer une jeune bergère. Soudain dédaignée, Camille, qui ne croyait pas à l'amour, connaît le dépit, la jalousie, l'égoïsme de la passion. Autour d'eux, s'agitent des personnages fantoches d'une cocasserie irrésistible. Dans ce théâtre féérique, on se croise, on se déchire, on s'ennuie, on croit que tout est vain, on triche, on se désire, on souffre jusqu'à en mourir. Comme dans la vie.

 

Dans le cadre du baby challenge spécial Théâtre, je commence par parler d’un écrivain que j’apprécie énormément : Alfred de Musset.
Je l’ai découvert assez tardivement avec Lorenzaccio. Depuis, j’ai lu deux pièces de lui, y compris On ne badine pas avec l’amour que j’avais dans ma PAL depuis près de trois ans (oui, bah, ça arrive xD). Je ne peux pas encore dire que Musset soit mon auteur du XIXème préféré parce que je n’ai pas encore lu beaucoup de ses œuvres, mais en tout cas, je le porte d’ores et déjà dans mon cœur et je l'admire vraiment (Lorenzaccio m'ayant cloué sur place lorsque je l'ai lu).

Pour en revenir à la pièce, et bien, l’intrigue est la suivante : Perdican revient après plusieurs années d’études et doit être marié avec sa cousine, Camille, qui sort juste d’un couvent. Ok, je l’accorde, c’est totalement cliché dans le théâtre, cependant, avec Musset, c’est tout autre chose que l’on voit naître et que l'on voit écrit.
Déjà, les personnages ont tous un caractère bien trempé, que ce soit Camille ou son cousin, ils ne se laissent pas faire ni l’un ni l’autre. Il est toujours question d’orgueil, d’un orgueil parfois cruel, et ce, jusqu’à la fin de la pièce. Les deux personnages, on le sent, s’aiment depuis longtemps déjà, mais le doute les consume et les stratagèmes qu'ils mettent en place, l’un contre l’autre, pour savoir s’ils devraient se marier, les détruisent peu à peu. C'est une passion brutale qu'ils ont tous les deux, et même s'ils avouent volontier avoir des sentiments, ils ne le disent pas à haute voix et préfère attendre que l'autre se déclare, sans pour autant lui céder. Ce n'est même pas une question de courtoisie, mais plutôt d'égoïsme... Et parfois même de rancoeur.
Je trouve que Camille cherche trop à connaître Perdican avant de choisir de l’aimer ou non, comme si elle sentait un melon pour savoir s’il serait bon à manger ou non. Quant à Perdican, je le trouve sournois à certains moments, mais absolument pas salaud. Je pense que par rapport à ce qui lui arrive et à ce que lui fait sa cousine (la lettre qu’elle envoie à son couvent) et bien, il a tout à fait raison de réagir comme ça, même s’il exagère et va jusqu’à risquer de briser le cœur des autres (notamment la soeur de lait de Camille).
Ma scène favorite reste celle où ils se retrouvent au calme pour la première fois, pour discuter, et où Camille explique ce qu’elle pense de l’amour et répète avec une passion ridicule les histoires que les nonnes lui ont racontées et qui gâchent peu à peu sa vie et son idée du futur. Elle se montre complètement défaitiste et je trouve que ce que lui réplique Perdican est justifié et juste.
Cependant, suite à cette scène, tout se précipite et les personnages s’enfoncent encore plus dans leurs défauts.

Je n’ai pas encore lu l’analyse de la pièce de théâtre qui se trouve à la fin de mon livre, mais je pense que On ne badine pas avec l’amour critique surtout la vanité des uns et des autres. Le sexe féminin et le sexe masculin ne sont pas tant différenciés que ça et chacun possède sa dose de fierté qui détruit l’amour dans son nid.
La chute de la pièce est d’ailleurs tout à fait surprenante. Ce n’est pas exactement ce qu’il se passe qui est génial, mais la réplique finale de Camille que je trouve particulièrement excellente (et terriblement frustrante).

J’en reparlerai sans doute prochainement, parce que pour l’instant, mon avis est très simpliste et j’ai vraiment envie de découvrir tous les enjeux de cette pièce de théâtre qui m’a énormément plu.

Verdict : 10/10 ; baby-challenge Théâtre : 6ème/20

 

Voir aussi : La Confession d'un enfant du siècle

 

(fiche Livraddict)

Publié dans Littérature classique

Commenter cet article

Luna 26/04/2011 08:10




J'aime beaucoup Alfred de Musset, surtout "On ne badine pas avec l'amour" et "Lorenzaccio"...C'est comme écouter du Mozart : c'est "classique" mais avec la liberté en plus, et j'adore ça !


Je viens d'ailleurs tout juste de publier mon avis sur "On ne badine pas avec l'amour".


 


Joli article, je reviendrais ;)


Bonne continuation !!




choupynette 20/02/2011 18:48


ah oui, Lorenzaccio... c'est avec lui que j'ai découvert le théâtre de musset au bac de français. Un vrai régal!


choupynette 20/02/2011 11:51


j'aime beaucoup le théâtre de Musset. On ne badine pas avec l'amour est une de mes préférées!


Grazyel 20/02/2011 18:13



Son théâtre est tout à fait intéressant, d'autant plus qu'il fait parti du "spectacle dans un fauteuil" et du coup, on est à mi-chemin entre une pièce et un roman. Bref, à mes yeux, Musset donne
une nouvelle dimension au théâtre et vaut la peine d'être lu (bon, là, je parle plus de Lorenzaccio que de On ne badine pas avec l'amour, quoique... ^^").



Matilda 19/02/2011 15:01


Je suis contente que tu ai lu un truc qui t'ait fait vibrer (puisque tu m'avais dit que tu avais un peu de mal dernièrement). J'ai Lorenzaccio dans ma PAL et il faut que je le lise, autant dire que
ce que tu en dis me donne envie !

Pour On ne badine pas ... je n'ai peut-être pas autant accroché que toi, mais je suis d'accord avec tout ce que tu dis :) Bon challenge au fait !


Grazyel 20/02/2011 18:09



Merci ;D


Lorenzaccio est génial, je te le promets. Au début, tu te dis que c'est chiant, t'as dû mal à repérer les personnages, mais plus t'avances et plus tu trouves ce livre extraordinaire. Bref, c'est
un coup de coeur terrible pour moi, et depuis, je voue une sorte de culte à Musset X'D J'ai plein de livres de lui dans ma PAL. Je me demande même si je ne les ai pas tous o_o'