Sophocle, Antigone

Publié le par Grazyel

antigoneRésumé : La pièce Antigone commence au moment où les deux filles d'OEdipe, Antigone et Ismène, apprennent que Créon, roi de Thèbes, vient d'interdire l'enterrement de Polynice, leur frère, pour le punir d'avoir combattu contre sa patrie. Mais Antigone transgresse ce décret. Créon et Antigone incarnent deux idées de la communauté, deux conceptions de la loi, deux versions du sacré. Au coeur du conflit tragique, la vérité humaine et politique de la communauté est liée au sens que les vivants donnent à la mort. Apparue autour du VIIe siècle avant J.-C., la figure d'Antigone a traversé les siècles et les langues jusqu'à nos jours. Avec cette nouvelle traduction, Jean Lauxerois nous propose une plongée dans l'éternelle vérité de la Grèce antique.

J'ai un peu moins apprécié cette pièce que la précédente. Je pense qu'il s'agit d'une suite à Oedipe Roi dans un sens purement chronologique où là, nous sommes face à l'histoire des enfants d'Oedipe et que lui semble n'être plus qu'un souvenir qu'on nomme "le Boiteux". L'intrigue est cependant plus intéressante que celle d'Oedipe, disons que là, on est face à une pièce en rapport avec la vie de la société, elle traîte plus de politique que de fatalisme (même si ce-dernier n'est pas mis de côté en vue des morts de la fin). J'ai trouvé que c'était passionnant en ce sens, après, je comptais moins sur l'histoire que dans Oedipe Roi.
Je ne suis pas du tout amatrice de théâtre, même si je trouve cela intéressant en ce moment. J'espère que j'aurais l'occasion d'étudier plus en profondeur ces textes de Sophocle, j'aime tellement la Grèce antique et tout ce qui lui est liée !

Lorsque je repense à ce que j'ai lu, j'ai encore envie de baffer Créon pour ces décisions tyraniques, j'admire le passage où il discute avec son fils et que celui-ci lui prouve par tout un tas d'arguments qu'il est totalement en tort. Et pourtant, à la fin, Créon reste entêté, et c'est lorsque Tirésias revient qu'il choisit enfin de revenir sur sa stupidité. Ce personnage m'était déjà antipathique dans Oedipe Roi, mais dans Antigone, il m'a vraiment agacé. Et pour le final... On retrouve ce joli sens morbide des pièce tragique. J'adore !

Publié dans Littérature classique

Commenter cet article

kllouche 14/01/2013 22:32


Je suis complètement d'accord au sujet de Créon, ce type est horrible! 


Je trouve par contre qu'il y a trop de morts dans les tragédies. A chaque fois , ils finnissent quasiement tous mort et ça me lasse un peu =(

fulgence 17/03/2010 21:03


en fait je vous ai trouvée l'autre jour car je cherchais de la doc sur Antigone, car je participe en ce moment à un atelier d'écriture de théâtre à Bussang au théâtre du peuple.Nous travaillons sur
une transposition de la pièce de sophocle. Depuis j'en rêve la nuit, elle m'obsède! Si vous avez déjà entendu parler de Bussang allez y on y fait vraiment du travail de qualité avec des metteurs en
scène reconnus.(et en plus c'est financièrement abordable.) Pour finir votre fiche de lecture m'a aidée.


temps 15/02/2010 09:05


Le personnage d'Antigone ou nous devrions plutot dire le terme d'Antigone représente un concept qui a traversé les générations. Ce concept admet qu'il peut exister des lois naturelles qui
transcendent au dela des lois dictées par les US et coutumes, en cela le terme est fort. Il oppose de la logique pure à de la logique appliquée.
Cordialement