Sophie Audouin-Mamikonian, Indiana Teller (tome 1)

Publié le par Grazyel

9782749913872.jpg[chronique écrite en mai 2011 - transfert]

 

 

J’ai terminé de lire Indiana Teller il y a quelques jours. Je n’ai pas réussi à faire ma chronique immédiatement, pourquoi ? Je n’en sais rien, peut-être que je craignais de ne pas savoir comment mettre mes idées en place. C’est toujours le cas d’ailleurs, mais je vais essayer de me concentrer.

Résumé : Dans les interminables plaines du Montana s'étend le ranch des Lykos. Les voisins alentour sont loin de se douter que ses habitants sont les membres de l'un des clans de loups-garous les plus puissants d'Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller, 17 ans. Né de l'union d'une humaine aux pouvoirs mystérieux et d'un loup-garou, Indiana est le petit-fils et le seul héritier de Karl, le chef de la meute. Se sentant comme un étranger parmi les siens, il lutte pour trouver sa place dans la hiérarchie codifiée imposée par son peuple : des créatures fantastiques qui vivent cachées au milieu des hommes.

Tout d’abord, je ressors globalement satisfaite de cette lecture, malgré tout, je n’ai pas été emballée dès le début, c’était même plutôt l’inverse, je reprochais beaucoup de choses à l’histoire et quelques détails me dérangeaient. Mais une fois que j’ai refermé le livre, je me suis rendue compte qu'il était de qualité et que j’apprécierai sans aucun doute de lire la suite. Je me suis surtout attachée à Indiana.

 

Bref, pour débuter réellement mon avis, je vais commencer par ce qui m’a le plus gêné dans ma lecture :
- Et en premier, je parlerai surtout de l’univers qui entoure Indiana que je ne porte pas dans mon cœur. Je trouve que le clan des loups et la famille du héros sont impersonnels, fourbes et qu’il n’y a pas vraiment d’amour entre eux (ou un amour tellement voilé qu‘il en devient insoupçonnable). J’ai eu l’impression que tout était porté sur les intérêts que tel ou tel personnage pouvait retirer de l’autre. Et puis les lois, l’histoire d’Axel, tout cela m’a un peu mis mal à l’aise. Honnêtement, j’imaginais un monde un peu plus sauvage, avec une certaine souplesse et surtout, des loups proches les uns envers les autres.
Certes, il est bien précisé qu’Indiana n’est pas un loup, qu’il est différent, et donc, cela explique cette ambiance assez… froide. Parce que oui, j’ai trouvé que ses grands-parents, ou même Nanny, étaient super froids et calculateurs à son égard. Sans compter cette façon qu’ils ont de parler et de se servir de sa mère… J’ai trouvé que c’était particulièrement glauque.
Bref, pour moi, l’univers des loups est tyrannique, et que ce soit le grand-père d’Indiana où Louis Brandkel, c’est la même chose, ils sont tous les deux trop royalistes (même si la famille Teller est censée représenter le bien, en gros). Et ils m’ont un peu fait penser à une secte aussi, comme si tous les loups étaient endoctrinés dès leurs naissances. Et cela casse un peu le côté évasif de la littérature jeunesse, et particulièrement dans les thèmes fantastiques qui apportent souvent aux lecteurs une liberté qu’ils ne ressentent pas au jour le jour.
C'était le gros point que je voulais soulever à propos du livre et dans ce qui m'a un peu gêné, voire mis mal à l'aise...
 - La seconde chose que je voudrais souligner, c’est que je me suis très vite attachée à Indiana, mais pas aux autres personnages. J’ai eu l’impression qu’ils étaient plus des objets du décors que des personnes à part entière.
Par exemple, je n’ai absolument pas apprécié Kat, je la trouvais niaise, mais en plus de cela, j’avais le sentiment qu’on ne me laissait pas le temps de la découvrir et de voir qui elle était réellement. On ne la voyait que par un Indiana fou amoureux… Elle était trop parfaite, même son côté têtu la rendait naïve et agaçante.
Quant à Tyler, même si je l’ai trouvé plus intéressant et ambiguë, et bien, son côté gosse de riche m’a un peu énervé et pendant la première moitié du livre, je le trouvais digne d’une série comme Gossip Girl (série que je trouve assez… honteuse, d‘ailleurs).
Après, les autres personnages, je n’ai pas eu le sentiment de trop les découvrir, ils étaient ou blancs ou noirs (plus souvent noirs, à mes yeux...).
- Le dernier point qui m’avait gêné aussi, c’était au niveau de l’écriture (non pas que je ne l’aime pas, bien au contraire !!) mais les scènes de baisers ou les envolées d’amour d’Indiana et même de Tyler, ça cassait un peu trop le rythme… Même si elles étaient très courtes, et bien, je me disais « What’s the fuck ?! ». Indiana est très sarcastique, l’écriture en générale est piquante et juste à tomber tellement elle est belle, or, ces scènes parasitaient un peu l’atmosphère. Je les aurais préféré avec plus naturelles et moins de bisounours…

Bon, je sais, je peux sembler cruelle… Mais j’ai sincèrement aimé ce roman ! C’est vrai ! Il y a beaucoup de choses que j’ai apprécié :
- Premièrement, l’intrigue était géniale ! Au bout d’un certain nombre de pages, les événements deviennent carrément passionnants. J’ai particulièrement aimé le passage où Tyler sauve Indiana au détriment de sa propre vie (c’est LA scène, avec celle de la fin, où j’ai trouvé Tyler vraiment intéressant). Et le concours de circonstances dans les chapitres finaux était aussi parfait, très dynamique et pourtant pas bâclé. C’était un pur concentré d’énergie, j’avais l’impression de boire une Red Bull en même temps !
- Deuxièmement, Indiana est vraiment un personnage singulier. En plus, si je me souviens bien (je n’ai pas le livre avec moi, il est à 150km en ce moment T_T), il a environ mon âge (une vingtaine d’années ?) et du coup, je me suis sentie proche de lui (excepté dans les fameuses scènes de baisers et tout…). J’adore son ton, le fait qu’il soit si malin, et aussi, je l’imagine avec un physique particulièrement alléchant ! (du coup, je savoure les moments où il s’éclipse).
- Troisièmement, l’écriture de SAM est magnifique. Et je suis objective en disant ça… Je ne l’avais encore jamais lu, mais j’ai été charmée par son écriture ! Ca m’a un peu fait penser à Jonathan Tropper (ouai, je trouve le moyen de le citer partout ce génie !). Bref, je ne sais pas si je t’enterrai l’aventure Tara Duncan, mais en tout cas, je poursuivrai celle d’Indiana !

…. Ma partie négative est plus grosse que ma partie positive. C’est méchant ! Mais quand on a rien à redire sur ce qui nous plaît, on ne peut pas radoter à l’infini ! Donc en conclusion, je dirais que ce roman était une excellente découverte, pas un coup de cœur, mais une lecture originale, agréable et dans laquelle on peut rester pendant des heures ! En plus, l’écriture semble globalement naturelle et donne un caractère très réaliste à l’histoire, chose qui crédibilise aussi le récit qui se passe aux USA. Si je ne savais pas que SAM était française, je me serais dit « tiens, encore un roman américain, avec une traduction carrément géniale !! ».

En somme, un grand grand merci à Livraddict pour ce partenariat, ainsi qu’aux éditions Michel Lafon et bien entendu, un énorme merci à l’auteur pour nous écrire un si beau roman ;D Même si j’ai été sèche, je reste tout de même charmée ! (comment ça, on voit que je déteste dire du mal des romans des autres et que ça me fait culpabiliser ? >_<).

 

http://data0.eklablog.com/grazyel/mod_article3769357_1.png?1495

http://data0.eklablog.com/grazyel/mod_article3769357_5.jpg?1821

Commenter cet article